Les TIC dans l'enseignement et l'apprentissage
des langues étrangères au Yémen

Dr Fares al Ameri
Université de Sana'a, Yémen

Résumé :

Cet article est destiné à montrer l'importance de la technologie de l'information et de la communication (TIC) dans l'enseignement et l'apprentissage des langues et cultures étrangères. Il est évident que l'apprentissage d'une langue étrangère s'accompagne toujours de celui de la culture de cette dernière. Lorsque l'on parle une langue on fait souvent référence à sa culture qui facilite les communications avec l'autre. Ainsi, nous ne pouvons pas parler une langue étrangère sans prendre connaissance de sa référence culturelle car la langue et sa culture sont inséparables. Mais comment peut-on apprendre une culture étrangère sans s'immerger dans la société qui parle cette langue ? La technologie se voit donc jouer le rôle du médiateur culturel entre l'apprenant de cette langue étrangère et la société qui parle cette langue. L'insertion de celle-ci a certainement des atouts, mais elle doit aussi avoir des inconvénients qui peuvent nuire au processus d'apprentissage.

Mots-clés :

TIC, enseignement, apprentissage, FLE, Yémen.

***
The ICT in the teaching and learning of foreign languages in Yemen

Dr Fares al Ameri
University of Sana'a, Yemen

Abstract:

This article is intended to show the importance of information and communication technology (ICT) in the teaching and learning of foreign languages and cultures. It is obvious that learning a foreign language is always accompanied by learning the culture. When speaking a language, we often refer to its culture which facilitates the communications with the other. Thus, we cannot speak a foreign language without knowing its cultural reference because the language and its culture are inseparable. But how can you learn a foreign culture without immersing yourself in the society that speaks this language? Technology therefore sees itself playing the role of cultural mediator between the learner of this foreign language and the society that speaks that language. The insertion of the technology certainly has strengths, but it must also have drawbacks that can hinder the learning process.

Keywords:

ICT, teaching, learning, FFL, Yemen.

***

Texte :

Introduction :

La technologie est un moyen de contact et de communication très important dans notre société d'aujourd'hui. Elle est de plus en plus utilisée dans différents domaines scientifiques, y compris le domaine de l'enseignement et l'apprentissage des langues et cultures étrangères. Les TIC sont perçus comme un outil qui facilite l'enseignement et l'apprentissage des langues étrangères. Elle est ainsi mise au service de l'opération éducative. Mais qu'est-ce que les TIC et comment peut-on l'intégrer dans le domaine de l'enseignement et apprentissage des langues étrangères ? Quelles sont les conditions indispensables à l'intégration des TIC ? Quelles sont les limites des TIC que nous devons prendre en compte lorsque l'on les intègre dans le processus éducatif ? La technologie est-elle capable de faciliter l'accès à la culture de l'autre ? Telles sont les questions que nous devons y répondre au cours de cet article.

Dans cet article nous allons tout d'abord montrer l'importance de l'intégration des TIC dans l'enseignement et l'apprentissage des langues étrangères. Nous allons, ensuite, montrer les apports de la technologie et comment nous devons procéder pour bien l'intégrer dans la classe de langue étrangère : les conditions et les aménagements. Puis nous parlerons des limites des TIC que nous devons prendre en compte lors de l'intégration de ces derniers dans la classe de langue. Nous allons également étudier le rôle des TIC dans l'enseignement et l'apprentissage de la culture étrangère. Enfin nous allons parler du contexte yéménite et des contraintes qui y sont particulièrement liées.

1 - L'intégration des TIC dans l'enseignement des langues :

Nombreux sont les chercheurs qui ont critiqué et mis en cause le "technocentriste" qui a suivi les premières années de l'apparition des ordinateurs(1). Ils insistaient sur le fait que la technologie ne doit pas être perçue en dehors de la conception pédagogique, mais comme un dispositif au service de la didactique des langues et de la méthodologie d'enseignement. Il est évident que l'on ne peut pas faire comme si les technologies n'existaient pas, mais ces dernières doivent être au service de la didactique et de la pédagogie(2). Ainsi, le processus d'enseignement des langues et cultures étrangères devrait, dans ce sens, introduire l'usage des technologies et non l'inverse. Celles-ci doivent alors être structurées dans la didactique des langues-cultures comme supports et outils facilitant l'opération éducative. En effet, l'intégration des TIC ne se réalise pas par le remplacement d'outils à la place d'autres plus développés comme passer, par exemple, d'un enseignement basé complètement sur le manuel à un processus qui fait appel aux TIC tels que l'ordinateur (E. A. O). Elle nécessite, en revanche, un aménagement de l'espace et du temps d'apprentissage, au vu des différents outils mis à disposition. Elle implique également une modification des interactions pédagogiques et du rôle des acteurs (enseignant et apprenant)(3). L'enseignant devient, suite à ses formations aux TIC, un médiateur entre l'apprenant et la machine. Par ailleurs, l'intégration des TIC dans l'enseignement des langues consiste à réunir certaines conditions pédagogiques qui suscitent des questions de différentes natures occasionnées par l'insertion de celles-ci :

Un questionnement sur l'attitude des enseignants : quelles sont leurs conceptions du métier et comment se représentent-t-ils leur rôle au sein de l'institution ?

Un questionnement, d'ordre pragmatique, qui inclut les questions relatives à la marge de manœuvre pédagogique et institutionnelle qui leur est accordée ou qu'ils se ménagent, et aux moyens formatifs, matériels et financiers dont ils disposent au sein des établissements.

Un questionnement d'ordre épistémologique, par exemple leur appréhension de certaines notions clés liées à l'intégration des TIC comme la tâche ou le développement des compétences langagières(4).

Il s'avère donc nécessaire d'apporter des réponses à ces questionnements pour optimiser l'intégration de la technologie de l'information et de la communication au sein du processus d'enseignement et d'apprentissage des langues et cultures étrangères. Il importe également de s'interroger sur la méthode d'enseignement dans laquelle s'insère l'outil technologique, ce qui suppose une réflexion avant la mise en place des TIC dans ce processus. Les concepteurs du programme se doivent également de prendre en compte les méthodes adaptées et les objectifs espérés car Parler de l'efficience d'un outil pédagogique nécessite de se référer aux méthodes dans lesquelles cet outil prendra place et plus loin encore aux objectifs éducatifs qui les sous-tendent(5). Ainsi, la question de l'intégration des TIC/TICE nécessite la prise en compte de deux éléments importants : la manière (le comment) et les objectifs (le pourquoi). Elle implique aussi de mettre en cohérence la disposition des outils informatiques dans les établissements et la formation des enseignants à l'égard de l'introduction des TIC dans la pédagogie de l'éducation et de l'enseignement des langues étrangères. La formation des professeurs des langues à l'usage pédagogique des TIC s'avère indispensable dans la mesure où le professeur est un acteur déterminant dans le processus d'enseignement et d'apprentissage des langues et cultures. Son importance vient de son rôle majeur de médiateur entre les TIC et les apprenants, sans lequel l'intérêt des TIC resterait limité et ne conduirait pas aux objectifs escomptés.

Enfin, les apports des TIC sont nombreux sur le plan éducatif et social. Ils amènent les apprenants à prendre en compte la mutation technologique, survenue dans le monde d'aujourd'hui et ses impacts sur les perceptions et les comportements de l'être humain dans sa vie quotidienne et dans le domaine de l'enseignement et l'apprentissage en redéfinissant la relation et les positions de l'apprenant et de l'enseignant dans le processus éducatif.

2 - Les apports des TIC dans l'enseignement des langues :

Nous pouvons constater que l'apport des TIC ne s'exerce pas seulement dans le système éducatif, mais qu'il est également remarquablement perçu au niveau social. Cette influence est due à certains facteurs structurés par l'évolution technologique, notamment l'élimination des paramètres au niveau des distances spatiales et des liens temporels par l'accès augmenté aux réseaux. La technologie marque ainsi une évolution dans tous les domaines de la vie sociale dans laquelle l'enseignement peut également contribuer. Il est ainsi de la responsabilité de l'institution éducative de poursuivre les évolutions techniques d'aujourd'hui en formant des personnels capables de faire usage de cette technologie. Les apports des TIC dans le domaine de l'enseignement et l'apprentissage sont nombreux, en particulier dans celui des langues et cultures étrangères. Ainsi, Narcy-Combes propose une liste d'atouts apportés par les TIC dans le domaine de l'enseignement et l'apprentissage des langues et cultures étrangères(6):
- Le travail sur des supports TIC peut s'inscrire dans l'instantané (mis en place d'automatisme), mais il favorise aussi l'asynchronisme et une gestion plus individualisée du temps.
- L'apprenant est plus actif physiquement devant un ordinateur qu'assis en classe. Il "agit" plus et donc devrait apprendre plus selon certaines théories.
- Les TIC favorisent une interactivité permanente.
- Les TIC permettent l'individualisation sans isolement.
- Elles permettent la multicanalité si utile dans notre domaine (son, image, texte).
- Elles sont sources de multiréférentialité, ce qui permet des croisements et une attitude de relativisation face à l'information.
- Elles apportent souplesse et créativité au niveau des tâches, en particulier, elles permettent à l'apprenant de concevoir lui-même ses tâches.

En nous référant à la liste de Narcy-Combes, nous allons expliquer brièvement les quelques points qui contribuent, de notre point de vue, à l'évolution de l'enseignement et de l'apprentissage des langues et cultures étrangères. Ces points sont également signalés par Abdallah-Pretceille et Porcher(7). Ces derniers avancent l'idée que l'invention de l'internet est marquée par plusieurs paramètres tels que :
- Un appareillage ouvert à tous, accessible, sans discrimination (autre que financier) et qui ne nécessite aucune compétence préalable sur celle de la lecture et de l'écriture.
- Il s'agit de la première technologie véritablement interactive dans l'espace de la planète entière. Vous pouvez la fréquenter de n'importe où, y inscrire vous-même ce que vous voulez.
- L'individualisation radicale de toute communication est aussi assurée selon le désir de l'usager.

1. L'individualisation de l'apprentissage :

Contrairement aux cours traditionnels qui proposent un objectif partagé pour un public donné, l'enseignement et l'apprentissage des langues, via les TIC tel que l'enseignement à distance, donne plus de liberté individuelle à l'apprenant qui va suivre l'opération éducative en fonction de ses besoins, de ses objectifs et de son rythme. Il importe de signaler que dans les cours, en classe de langues, la singularité de chaque apprenant n'est pas entièrement prise en compte malgré les efforts des didacticiens pour préciser leurs besoins et leurs spécificités. Les TIC permettent aux apprenants de choisir le lieu et le moment qui leur conviennent pour réaliser des activités et chercher des informations. Ils peuvent suivre leurs cours depuis la maison, le bureau ou le centre de ressources. Cette approche plus individuelle n'implique pourtant pas que l'apprenant peut s'approprier une langue tout seul, sans avoir recours à des programmes éducatifs ou à des enseignants qui guident son évolution. Il s'agit plutôt de travailler à son rythme, selon ses intérêts et ses propres objectifs, sans avoir besoin de se déplacer.

Enfin, l'autonomie est davantage rendue possible grâce à l'individualisation des rythmes d'apprentissage qui donne à l'apprenant plus de confiance en soi et en ses capacités individuelles.

2. La richesse de ressources (multiréférentialité) :

Les TIC (en ligne ou hors ligne) mettent à la disposition de l'apprenant une mine de ressources d'informations. L'apprenant peut, grâce à la technologie, accéder facilement à des ressources multiréférentielles sur la toile. Celles-ci ne cessent de s'élargir et de devenir accessibles à une majorité de personnes dans le monde d'aujourd'hui. Ainsi, l'accès aux informations s'est simplifié et est devenu disponible pour tout le monde. Les moteurs de recherche tels que Google mettent à la disposition des chercheurs une masse d'informations aux références multiples mises en ligne à partir de différents lieux sur la planète. Il faut aussi signaler que sur la toile, la notion des frontières n'est pas présente. Toute personne peut accéder à l'information, tant qu'elle est en accès libre, de n'importe quelle place dans le monde par l'intermédiaire d'une connexion aux réseaux (Wifi ou Câble). Il existe également des logiciels qui contiennent beaucoup d'informations et que nous pouvons consulter hors ligne comme les dictionnaires ou les encyclopédies informatiques (Larousse). Enfin, Demaizière(8) distingue trois types de ressources TIC que nous pouvons rencontrer dans les produits de la technologie. Ils sont classés en fonction de leurs objectifs de production :
- Ressources pédagogiques : ce genre de ressources est principalement destiné à des objectifs pédagogiques tels qu'un logiciel ou un site pédagogique comme ALSIC, CIEP.
- Ressources "brutes" : il s'agit des documents qui ne sont pas conçus pour des objectifs pédagogiques comme, à titre d'exemple, les documents authentiques mis en ligne ou sur un CD-ROM.
- Ressources brutes pédagogisées : ce sont des documents bruts que la pédagogie adapte pour des fins éducatives, en donnant des consignes à l'enseignant pour les exploiter dans la classe de langue, comme les livrets pédagogiques qui accompagnent quelques films documentaires indiquant ainsi les étapes pédagogiques à suivre pour l'introduire dans la classe de langue.

Les TIC sont également des outils de communication et d'interactivité synchrone ou asynchrone. Ils marquent une étape importante dans le domaine de l'enseignement et de l'apprentissage des langues et cultures étrangères dans la mesure où ils facilitent, dans le cadre de l'enseignement via les TIC, les échanges entre étudiants étrangers et natifs.

3. Interactivité et interaction :

L'interactivité est l'une des caractéristiques de l'usage d'internet dans le domaine de l'enseignement et l'apprentissage des langues et cultures étrangères. Sur le plan interactif, internet a, d'ailleurs, changé les mécanismes d'intervention et d'échanges concernant la communication interculturelle. Il permet une communication directe entre apprenants de différentes cultures, sur des périodes relativement longues ; il encourage ainsi le passage d'une "culture objet" à une "culture en acte"(9). L'apprenant n'a plus besoin de comprendre la culture de l'autre en se basant seulement sur des données fournies par l'école, mais il lui est possible de prendre contact directement avec des étudiants appartenant à cette culture et de discuter avec eux sur des sujets pertinents concernant les deux cultures. Les quelques projets éducatifs mis en place avec des objectifs visant les échanges interculturels tels que Cultura (1997) ou bien le français en "première" ligne (2002), ont montré des résultats très encourageants au niveau de la négociation interculturelle dans la mesure où les programmes incitent les apprenants à prendre contact avec d'autres apprenants qui vivent dans un autre pays. Il est, d'ailleurs, difficile de mettre en place, au Yémen, un programme comme Cultura dans les conditions actuelles d'enseignement vu l'indisponibilité et l'absence, pour la plupart des cas, des réseaux et d'équipement informatique dans les établissements éducatifs ainsi que l'absence de la formation à l'usage des TIC chez les enseignants. Ce programme peut, en revanche, être réinvesti et prolongé dans d'autres situations. C'est à travers ce type de projet que l'apprenant peut accéder, par lui-même, à la culture de l'autre.

4. Faciliter l'accès à la culture étrangère :

Nous devons signaler que les TIC ont aussi facilité les contacts et l'accès à la culture de l'autre par le biais des médias. Elles font la médiation entre l'apprenant et la culture étrangère(10). La technologie facilite l'accès aux informations en mettant à la disposition de l'apprenant le choix entre différents moyens et alternatives permettant de découvrir la culture étrangère, notamment le contact direct ou la recherche d'information dans les différentes ressources multimédias.

Brodin(11) voit les réseaux comme facilitateurs d'accès aux sources d'information et aux humains, en ouvrant la voie à la communication médiatisée par ordinateur et en permettant le développement du travail collaboratif et la construction collective de connaissances par l'entremise des TIC. Par le biais de la communication médiatisée disponible grâce aux TIC, l'étudiant aura ainsi la possibilité de découvrir le monde et de se décentrer par la suite de toute représentation et idées reçues, issues de sa culture d'appartenance. Face à cette multiréférentialité de ressources, l'apprenant est ainsi amené à réfléchir devant cette multitude d'informations parfois contradictoires et qui lui permettent toutefois d'envisager les différents points de vue de l'un et de l'autre sur un objet donné.

Dans le cadre de notre situation éducative au Yémen, les représentations collectives interculturelles sur les étrangers sont omniprésentes dans la vie sociale de l'individu, notamment par le biais de certains discours qui favorisent la peur de l'étranger et en particulier les Occidentaux. Certains apprenants sont ainsi hantés par ces images souvent déformées de l'Occident perçu alors comme ennemi de la nation et de l'Islam. Il s'avère ainsi important d'amener l'apprenant à découvrir et à se constituer l'image de l'autre par lui-même et de rejeter toute représentation préétablie ou stéréotype.

3 - Les obstacles et les limites de l'intégration des TIC :

L'intégration des TIC ne se passe pas sans difficultés ni contraintes. Les apports des TIC s'accompagnent souvent de limites et d'embûches. Les limites sont nombreuses et en fonction de chaque contexte, mais nous allons nous contenter des obstacles observés sur notre terrain, lors de notre observation dans les classes de langues au Yémen (notre terrain).

1. Contraintes matérielles :

Nous devons ainsi signaler que la contrainte matérielle est toujours à prendre en compte, en particulier dans les établissements scolaires ou universitaires. L'obtention de ces outils technologiques exige un budget financier important pour l'achat du matériel, leur entretien et leur mise en place, que les établissements n'ont pas toujours à leur disposition. Dans le contexte yéménite, comme titre, d'exemple la loi ministérielle promulguée en 2002(12) qui visait l'introduction des TIC dans le programme d'enseignement national n'a pas pu voir le jour suite à des problèmes financiers. Ce n'est qu'en 2013 que cette loi surgit de nouveau sur la table des discussions grâce aux efforts de l'UNESCO et de quelques organisations qui s'occupent de l'enseignement comme la (G.I.Z) l'Agence Allemande de Coopération Internationale. La mise à disposition des matériaux technologiques est fondamentale pour pouvoir démarrer un projet d'enseignement via les TIC. C'est le problème capital que nous pouvons constater aujourd'hui dans le système éducatif des pays sous-développés comme le yéménite. L'insertion des TIC en classe de langue entraîne, de plus, une certaine connaissance de l'usage et de la manipulation de ces outils, ce qui implique également des dispositifs de formation des formateurs.

2. Manque de formation technique et techno-pédagogique :

La formation des professeurs à l'usage des TIC est une étape indispensable pour la réalisation de ce type de projet puisqu'il leur appartient de connaître le maniement technique des outils informatiques adaptés à l'enseignement et l'apprentissage des langues. L'utilité de la manipulation technique se manifeste notamment lorsqu'un problème technique surgit dans la classe de langue. Il appartient donc au professeur de le résoudre pour pouvoir enfin réaliser son cours. Pour conclure, il est indispensable que le professeur puisse manipuler les outils techniques introduits dans sa classe de langue. Pourtant, notre expérience de terrain yéménite montre que la majorité des professeurs travaillant dans le domaine de l'enseignement des langues étrangères ne possèdent pas une bonne connaissance de l'usage des TIC. Suite à la formation technique, une formation techno-pédagogique s'avère aussi indispensable pour former les enseignants à l'introduction des TIC dans la classe des langues étrangères pour mieux utiliser ce dispositif et pour promouvoir l'apprentissage.

3. La prolifération d'informations non assurées :

L'un des problèmes que nous affrontons dans l'usage des TIC en ligne ou hors ligne est lié à la grande quantité d'informations dont la crédibilité n'est pas toujours certifiée. Dans le cadre de la découverte de la culture de l'autre via les TIC, il incombe aux chercheurs de prendre en compte des sources d'internet sur lesquelles ils peuvent s'appuyer dans la quête des informations.

4 - La place des TIC dans le système éducatif au Yémen :

Le Yémen s'est engagé depuis l'année 2002, par la loi nº 262, dans une politique éducative favorisant l'introduction des TIC dans le système éducatif. Il suit actuellement une stratégie d'intégration sur les deux voies : administrative et pédagogique en fonction d'un plan national lancé dans le but de favoriser l'introduction de l'informatique dans les établissements éducatifs au Yémen. Pourtant, ce projet d'insertion des TIC avance timidement par la somme de difficultés qui ont freiné sa diffusion. Par conséquent, la mise en place de cette initiative dans les établissements éducatifs ne s'est pas étendue et est restée limitée à quelques écoles pilotes comme celle de Gamal Abdul Nasser. Seules quelques écoles possèdent les outils adéquats, qui ne sont pas utilisés du fait du manque de formation techno-pédagogique. En effet, l'intégration des TIC au Yémen se trouve face à plusieurs problèmes à la fois d'ordres économique, pédagogique et politique. Ces multiples difficultés sont à l'origine de la stagnation de ce projet élaboré en 2002. Il faut d'ailleurs signaler que l'introduction des TIC n'est pas une simple mission. Elle nécessite de nombreuses transformations dans les pratiques pédagogiques des professeurs qui doivent savoir manipuler les outils. Cela provoque un certain nombre de réticences de la part des acteurs qui ne sont pas formés à l'usage techno-pédagogique des TIC. C'est la raison pour laquelle les quelques écoles dotées des outils informatiques ne les utilisent pas. En ce qui concerne l'aspect éducatif proprement dit, les technologies n'ont pas encore dépassé le stade d'expérimentation. Elles restent cantonnées à certaines écoles pilotes, mais même dans ces cas, l'existence des matériels n'élude pas les problèmes d'usage(13).

Quant à l'apprentissage des langues étrangères dans le système universitaire, l'introduction des TIC reste aussi écartée du programme de formation élaborée par l'Université ou le Ministère des études supérieures. Les médias ne font pas partie des éléments figurant dans la liste de formation des professeurs, ce qui complique l'introduction des TIC. En revanche, La coopération franco-yéménite a pu timidement introduire l'usage des TIC dans certains départements qui enseignent le français langue étrangère. L'ambassade de France au Yémen a pu fournir une dizaine de postes d'ordinateurs pour aider à l'introduction des TIC dans la classe de FLE. Malgré le nombre insuffisant de postes d'ordinateurs fournis, cela reste une bonne initiative pour intégrer par la suite des TIC dans l'enseignement et l'apprentissage du FLE. Nous pouvons ainsi constater que les contraintes matérielles et la formation insuffisante à l'usage des TIC sont à l'origine des problèmes concernant l'insertion des TIC dans le programme d'enseignement et l'apprentissage du FLE au Yémen. Pourtant, il appartient aux acteurs de trouver une solution et de pouvoir introduire les TIC dans la classe de français langue étrangère au vu de leurs apports certains dans l'enseignement et l'apprentissage des langues étrangères.

Au vu de ces éléments, nous pouvons affirmer que les TIC n'occupent pas encore une place importante dans le système éducatif yéménite malgré les essaies effectués depuis 2002, par la conjonction de difficultés financières et de réticences diverses de la part des acteurs éducatifs. Le projet visant l'insertion des TIC dans le système éducatif en général (école, collège, lycée et université) n'est pas encore entré en application effective. Il reste encore un projet à mettre en place dans l'avenir. De plus, l'usage des technologies est faible sur le plan social, ce qui limite par conséquent l'usage des TIC dans le milieu scolaire. Enfin, le prix élevé des ordinateurs et des connexions internet par rapport au revenu d'un citoyen yéménite semble constituer aussi un obstacle de taille face à la diffusion des TIC dans la société yéménite. Ainsi, la majorité des étudiants ne possèdent pas d'ordinateur chez eux et n'en connaissent pas donc correctement le maniement, ce qui complique davantage la tâche.

Conclusion :

Pour conclure, la technologie est très importante dans l'enseignement et l'apprentissage des langues et cultures étrangères dans la mesure où elle permet aux étudiants de prendre contact avec la langue et la culture étrangère à travers les logiciels et les sites qui facilitent les échanges avec les natifs. Elle leur permet également d'apprendre, par eux même, des informations sur la langue et la culture en question. Ainsi, la technologie constitue un atout considérable du développement dans le domaine de l'enseignement et l'apprentissage des langues et cultures étrangères.

Pour ne pas recevoir des résultats négatifs, il faudrait prendre conscience des mesures qui permettent de bien intégrer la technologie et des conditions qui favorisent son intégration. Il faudrait également sensibiliser les enseignants et les apprenants aux limites de la technologie dans l'enseignement et l'apprentissage des langues et cultures étrangères. Nous devons également prendre en compte les inégalités que l'intégration de la technologie peut susciter chez les étudiants favorisés et défavorisés économiquement. Celles-ci peuvent aussi susciter de haine et des malentendus entre les étudiants.

Enfin, malgré ses limites, la technologie reste un atout important dans la promotion de l'enseignement et l'apprentissage des langues étrangères surtout dans un pays comme le Yémen où la pratique du FLE y reste rare. La technologie offre ainsi aux étudiants yéménites du FLE des canaux de contacts avec le monde francophone qu'ils ne peuvent pas visiter ou prendre avec lequel des contacts directs.

Notes :
1 - Françoise Mangenot : "Réseau internet et apprentissage du français" in Hypermédia et apprentissage des langues, Etudes de linguistique appliquée, n° 110, avril-juin 1998, pp. 205-213.
2 - Michel Pothier : Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues, Ophrys, Paris 2003, p. 121.
3 - Nicolas Guichon : Vers l'intégration des TIC dans l'enseignement des langues, Editions Didier, Paris 2012, p. 46.
4 - Ibid.
5 - Monique Lebrun : Des technologies pour enseigner et apprendre, Deboeck, Coll. Perspectives en éducation et formation, Bruxelles 1999, p. 146.
6 - Jean pierre Narcy-combe : Didactique des langues et TIC, vers une recherche-action responsable, OPHRYS, Paris 2005, p. 172.
7 - Louis Porcher et Martine Abdallah-pretceille : Ethique de la diversité et éducation, P.U.F., Paris 1998, p. 128.
8 - Françoise Demaiziere : TIC et enseignement/apprentissage, généralités, sur la plate-forme Ganesha, http://jaluouvaton.org/Ganesha, 2004.
9 - Françoise Mangenot : "Forum et formation à distance, étude de cas", in Education Permanente, nº 152, 2002, pp. 109-119, http://www.education-permanente.fr/public.
10 - Nicolas Guichon : Vers l'intégration des TIC dans l'enseignement des langues, Editions Didier, Paris 2012, p. 46.
11 - Elsabeth Brodin : "Innovation, instrumentation technologique de l'apprentissage des langues, des schèmes d'action aux modèles des pratiques émergentes", in ALSIC, 2016, vol. 5, nº 2, pp. 149-181, alsic.revues.org/2070.
12 - Ahmad Seif : Les TIC dans le système éducatif yéménite, de la culture technique de la société yéménite aux usages par les professionnels de l'éducation, thèse de doctorat en sciences du langage, Université de Strasbourg, 1911, p. 52.
13 - Ibid.
Références :
1 - Brodin, Elsabeth : "Innovation, instrumentation technologique de l'apprentissage des langues : des schèmes d'action aux modèles des pratiques émergentes" in ALSIC, 2016, vol. 5, nº 2, http://alsic.revues.org/2070.
2 - Demaiziere, Françoise : TIC et enseignement/apprentissage, généralités, sur la plate-forme Ganesha, en ligne http ://jaluouvaton.org/Ganesha, 2004.
3 - Guichon, Nicolas : Vers l'intégration des TIC dans l'enseignement des langues, Editions Didier, Paris 2012.
4 - Lebrun, Monique : Des technologies pour enseigner et apprendre, Deboeck, Coll. Perspectives en éducation et formation, Bruxelles 1999.
5 - Mangenot, Françoise : "Forum et formation à distance, étude de cas", in Education Permanente, nº 152, 2002, pp.109-119, http://www.education-permanente.fr/public.
6 - Mangenot, Françoise : "Réseau internet et apprentissage du français" in Hypermédia et apprentissage des langues, Etudes de linguistique appliquée, n° 110, avril-juin 1998.
7 - Narcy-combe, Jean pierre : Didactique des langues et TIC, vers une recherche-action responsable, OPHRYS, Paris 2005.
8 - Porcher, Louis et Martine Abdallah-pretceille : Ethique de la diversité et éducation, P.U.F., Paris 1998.
9 - Pothier, Michel : Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues, Ophrys, Paris 2003.
10 - Seif, Ahmad : Les TIC dans le système éducatif yéménite, de la culture technique de la société yéménite aux usages par les professionnels de l'éducation, thèse de doctorat en sciences du langage, Université de Strasbourg, 2011.
Pour citer l'article :

* Dr Fares al Ameri : Les TIC dans l'enseignement et l'apprentissage des langues étrangères au Yémen, Revue Annales du patrimoine, Université de Mostaganem, N° 21, 2021. http://annales.univ-mosta.dz

Articles du même auteur :

La notion de culture entre l'arabe et le français, quelle différence
Annales du patrimoine N° 20, 2020.

***