Résumés du numéro 11 - 2011

Brecht dans le théâtre algérien

Dr Hadj Dahmane

L’influence occidentale sur le théâtre algérien ne se résume pas à Molière seulement. D’autres dramaturges ont inspiré les hommes de théâtre algériens qui ont traduit et adapté un certain nombre de pièces. Brecht, quant à lui, n’a fait son entrée sur la scène algérienne qu’une fois l’indépendance acquise. En réalité, pour les Algériens le théâtre brechtien correspondait bien à leurs interrogations, non seulement sur la mission du théâtre, mais surtout sur la pratique théâtrale. Des troupes de théâtre amateur ou encore des écrivains de théâtre professionnel ont bel et bien été influencés par Brecht.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 11 / 2011

La conception de l'immortalité entre Attar et André Gide

Peyvand Goharpey

Dans son œuvre "La porte étroite" André Gide aborde l’immortalité à l’aide des aspects mystiques et spirituels. "Le langage des oiseaux" d’Attar, un des meilleurs exemples du mysticisme oriental, mettant en scène le même sujet, à savoir comment arriver à l’immortalité et à la perfection. Pourtant, il ne faut pas penser que ces deux écrivains, issus des mondes différents et séparés par un grand décalage de temps ont procédé de la même manière. Certes, ils ont choisi, chacun à sa manière une histoire symbolique faisant allusion à l’immortalité, mais l’histoire de chacune de ces œuvres est passée dans un univers littéraire différent.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 11 / 2011

L’image du Hammam dans la littérature algérienne

Dr Leila Dounia Mimouni-Meslem

Le Hammam fait partie intégrante de la culture maghrébine et algérienne car c’est un lieu où les individus se retrouvent certes pour se laver mais aussi pour se voir, discuter et raconter les événements heureux ou malheureux qui jalonnent leurs vies. Nous nous sommes donc intéressés, dans le cadre de cet article, à l’image du hammam dans deux œuvres littéraires : "Les alouettes naïves" d’Assia Djebar et "Une femme pour mon fils" de Ali Ghalem. Dans ces deux œuvres, l’image du hammam varie entre rite et espace de liberté pour les personnages féminins, le bain maure joue sur ces deux symboliques et dévoile ainsi son importance dans cette culture.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 11 / 2011

La perception de Hayy ben Yaqdhan en Occident latin

Dr Chokri Mimouni

De tous les philosophes arabo-musulmans, Ibn Tufayl paraît celui qui a le plus marqué les esprits. Nous ne connaissons certes pas la place du récit Hayy ibn Yaqdhan à l’époque almohade, mais sa reconsidération par les philosophes depuis sa redécouverte prouve déjà son caractère exceptionnel. L’objectif premier était de mettre la lumière une telle œuvre originale aux travers des éloges qui lui furent faits par les plus grands esprits du siècle des lumières. Comment ce philosophe du XIIe siècle put-il être en harmonie avec les grands courants de pensées exprimés entre autres par Daniel Defoe, Rousseau, Spinoza, Campe.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 11 / 2011

La science de l’amour dans les poèmes et dans les contes soufis

Dr Natália Maria Lopes Nunes

Cet article est le résultat introductoire du travail de recherche sur l’amour divin à partir de deux grands maîtres soufis, Ibn Arabi et Djalal ad Din Rumi, qui ont développé dans leurs poèmes et contes ce qu’on peut appeler la Science de l’Amour. Rumi, considéré comme l'un des maîtres de la "Science de l'Amour", l’a répandue à travers des poèmes mystiques et de la danse des derviches. Ibn Arabi, connu comme le "maître maximum" du Soufisme a saisi la sagesse sur l'amour dans le Traité d’Amour. Les deux amoureux de Dieu, ont exprimé leur sagesse sur l'Amour et la Beauté du Bien-Aimé, l’extase de l'âme dans l'union entre l'homme et Dieu.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 11 / 2011

Démètre Cantemir et la civilisation musulmane

Dr Claudia Tàrnàuceanu

Le prince régnant roumain Démètre Cantemir était un savant humaniste qui s’est affirmé dans l’Europe du XVIIIe siècle comme un des pionniers des études orientales. Son livre sur l’histoire de l’Empire Ottoman (Histoire des croissances et des décroissances de l’Empire ottoman) est devenu, pendant un siècle presque, l’ouvrage de référence sur les débuts de l’orientalisme en Europe. Tout en se préoccupant de l’évolution et du déclin d’un des plus grands empires de l’histoire, l’ouvrage du prince Cantemir, rédigé en latin, ne se limite pas à exposer une chronologie des événements, mais il offre aussi des détails sur l’organisation de l’Etat ottoman.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 11 / 2011

Téléchargez le N°11 RAR ▼