Résumés du numéro 16 - 2016

Ibn Arabi et Jean de la Croix deux poètes mystiques

Dr Azouz Ali Ahmed

Frappée du sceau de l’universel, l’expérience mystique ne cesse de soulever des interrogations à la fois sur ses fondements (ses assises théoriques, spirituelles et culturelles) et sur les différentes voies qui lui permettent de s’inscrire dans l’ordre des choses comme un phénomène social inéluctable soutenu par des penseurs, des artistes, des femmes et des hommes de Lettres exceptionnels. Dans notre article, nous nous intéressons à deux grandes figures du mysticisme : Ibn Arabi (560/1165 - 638/1240) et Jean de la Croix (1542/1591). A la lumière d’une étude stylistique à visée comparative de deux de leurs compositions poétiques, que nous situons dans une plus large perspective (historico-sociale), nous montrons comment le même désir (concept sur lequel un détour lacanien s’impose) de Dieu s’exprime, Chez Ibn Arabi, par le moyen d’une écriture de l’entre-deux qui se singularise par un enchevêtrement structuré des dimensions philosophique et littéraire. Tout comme chez Jean de la Croix, par une écriture poétique d’un lyrisme qui, avec une rare subtilité, entretient une forme d’équivocité constitutive du discours exprimant l’amour divin avec le langage de l’amour profane.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

La notion de lumière dans Le tabernacle des lumières de l’Imam al-Ghazali

Dr Hicham Belhaj

Dans cette étude, nous projetons de mener une réflexion sur la notion de lumière telle que déployée dans "Le tabernacle des lumières" ou le Michkât al-Anwâr, chef-d’œuvre de la littérature soufie arabo-musulmane, de l’Imâm Abû Hâmid al-Ghazâli. L’article commence par un bref rappel de la place qu’accorde les deux religions chrétienne et islamique à cette notion, et se termine par l’énumération des différents sens de la lumière, selon la perspective de Ghazâli. La véritable Lumière, d’après l’auteur, est Dieu ; le nom de lumière relatif aux autres créatures n’est en revanche que figuré.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

Rôle du paradigme imaginal dans l’architecture des zaouias

Ghada Chater

Notre objet d’étude est la zaouïa, monument phare de l’islam et lieu d’épanouissement du soufisme populaire. Les zaouïas sont devenues une composante fondamentale du paysage rural et urbain maghrébin à partir du XIVe siècle sous l’influence du soufisme oriental qui a été à l’origine de la propagation des confréries religieuses et des zaouïas confrériques. Aujourd’hui, bien qu’elles aient perdu de leur importance, elles dégagent encore, et de l’intérieur, et de l’extérieur, les médiations du mysticisme islamique. Notre hypothèse est que la conception architecturale de la zaouïa n’était pas seulement le résultat d’un savoir technique ou rationnel. Nous pensons que les créateurs de ces édifices auraient transmis un savoir-faire qui serait imprégné par un "imaginaire" imbibé du soufisme islamique, par son "paradigme imaginal". Comment peut-on décoder le mode de transcription de cet imaginaire, reflet du paradigme islamique soufi dans les conformations physiques de la zaouïa ?

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

La description de la nature dans la poésie andalouse

Dr Karima El Jai

La description de la nature occupe une très grande place dans la poésie arabe. A l’époque préislamique les poètes décrivent le désert puis les alentours. Les éléments naturels qui dominent dans leur poésie sont inspiré du milieu bédouin de l’Arabie. Ils décrivent la nature telle qu’ils la voient ou telle qu’ils la ressentent. La demeure et la famille, les collines, le désert, le cheval, le chameau, la gazelle, les palmiers, les oasis : tous ces éléments sont souvent traités dans leurs poèmes.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

L’internationalisation du roman arabe

Dr Dalia Khraibani

La littérature arabe est presque invisible dans l’espace littéraire mondiale pour des raisons diverses. Pourtant, des écrivains réussissent à s’imposer sur la scène littéraire internationale et leurs œuvres deviennent des chefs d’œuvre de la littérature mondiale. Parmi ces écrivains, nous citons Tayeb Saleh qui connaît un succès international surtout avec la parution de son second roman "Saison de migration vers le Nord". Notre étude vise à montrer comment ce roman par son contenu et sa forme, occupe une place de choix dans la littérature mondiale. En effet, nous allons examiner le contexte historique de l’émergence du roman qui joue un rôle dans sa diffusion au niveau mondial. L’une des clés de réussite du roman est la technique narrative qui retient l’haleine du lecteur dès la première page. De plus, le roman répond à l’horizon d’attente du lectorat occidental en représentant des images particulières de la société arabo-africaine qui correspondent aux stéréotypes et clichés du public occidental vis-à-vis des Arabes.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

Le voile traditionnel tunisien entre civilisation et déculturation

Hana Krichen

Entre déculturation et civilisation les écarts se resserrent. Ces deux phénomènes, paraissent strictement indissociables, sont les horizons de la problématique que la présente étude tente d’éclaircir. Nous scrutons, cependant, les origines de ces deux phénomènes à travers une anthropologie féministe. Ainsi, nous essayons d’évaluer leur influence sur les femmes en Tunisie, avec une grande attention portée aux divers aspects de la vie quotidienne. En dépit de son éducation, ses acquis sociaux et sa forte présence dans les administrations publiques et les différents secteurs culturels et économiques, la jeune tunisienne aujourd’hui se retrouve face aux mêmes problèmes qu’hier ; elle doit lutter de nouveaux pour sa liberté, ses acquis, sa condition sociale, mais aussi pour son identité menacée et sa culture territoriale. Ceci la mène à se pencher sur ses origines et fouiller dans son passé, afin qu’elle puisse tracer son chemin et trouver ses repères.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

L’identité africaine dans L’appel des arènes et Le vent du sud

Dr Johnson Djoa Manda

Cet article entend mettre au goût du jour les valeurs qui unissent les peuples africains. Car l’Afrique, berceau de l’humanité, est frappée par une grande division entre peuples de même origine. Sur la base de deux œuvres romanesques issues de deux sphères différentes (l’Afrique noire et le Maghreb) il a été démontré, à la lumière des mécanismes sémiotiques et référentiels qu’il existe véritablement une identité africaine. Les textes, en effet, sont prégnants de constructions identitaires véhiculées par l’histoire, la tradition orale des griots et porteurs de parole et par l’expression picturale et graphique. Par ailleurs, l’acte de référence considère que les espaces scéniques, le temps de l’histoire et les actants font l’objet d’une authenticité. Ce passé douloureux, toutes ces interventions articulées sur le verbe et l’écriture sont des valeurs identitaires propres à l’Afrique. Elles unissent les peuples du continent noir et posent le postulat d’une seule Afrique.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

La confrérie mouride pensée religieuse et œuvre de socialisation

Dr Maguèye Ndiaye

Fondé par un soufi Sénégalais, répondant au nom d’Ahmadou Bamba Mbacké (1855-1927), à la fin du 19e siècle, le Mouridisme (Murîdiyya) est une confrérie musulmane d’obédience sunnite et shârite. Certes, il partage avec les confréries nord africaines, comme la Tijâniyya et la Qâdiriyya, les mêmes convictions religieuses et les mêmes rites. Cependant, il innove dans le domaine de la socialisation de ses disciples, à travers la mise sur pieds d’institutions sociales comme les Dâyira (associations religieuses) et les Dâras (Ecoles coraniques dotées de champs collectifs) où le travail rédempteur, communément appelé Khidma et presque élevé au grade d’adoration, est érigé en règle, au service de la confrérie et de soi-même ; faisant du Mouridisme une confrérie de dévotions et de développement. Ce qui fait que, depuis l’indépendance du Sénégal, les disciples mourides contrôlent l’économie sénégalaise, multiplient les célébrations, de plus en plus en dehors du Sénégal, et font des émules dans le monde occidental.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

Etapes et états spirituels de Cheikh Bamba dans son poème Huqqa

Dr Saliou Ndiaye

Le poème huqqal-bukâ n’est pas souvent classé parmi les traités de soufisme de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. Cela est certainement dû au fait qu’il se présente sous forme d’élégie et qu’il ne respecte ni le style, ni certaines normes remarquables dans les classiques de ce genre. En réalité, la densité de son message et l’originalité de ses marques dans la conceptualisation de la Voie des soufis trahissent l’expression authentique d’une expérience personnelle. Cet article se propose de dévoiler certaines spécificités liées aux étapes et états spirituels telles que livrées par un maître qui partage le vécu de son ascension spirituelle et suggère aux initiés des indications essentielles dans l’accomplissement de la perfection.

Lire l'article ... PDF ▼

N° 16 / 2016

Téléchargez le N° 16 RAR ▼